forum mujum

Manifeste du Groupe Qartbun pour un Habitat Ecologique


Appel

Aux citoyennes et citoyens soucieux de l'avenir de leurs enfants et de l'équilibre de notre
écosystème,
Aux architectes,
Aux urbanistes,
Aux ingénieurs,
Aux maalems,
Aux ouvriers,
Aux promoteurs,
Aux entreprises,
Aux responsables de l'aménagement du territoire,
Aux représentants de la société civile,
Aux législateurs,
Aux politiciens,
Aux Jeunes.


Face aux catastrophes naturelles (vagues de froid, canicules, incendies,...) et à la crise énergétique

que traverse notre pays, il devient évident que le mode constructif dominant en Tunisie depuis une
cinquantaine d'années, est quasi totalement inadapté aux contextes climatologiques et géologiques
spécifiques aux différentes régions. La Tunisie ne peut plus supporter un déficit énergétique, donc
économique, aussi croissant d'année en année.
Nous, architectes, avons le devoir éthique et professionnel de contribuer à une remise en question
quasi-totale des techniques constructives actuelles.
Le tunisien(ne) d'aujourd'hui n'a plus les moyens financiers de payer une facture STEG
disproportionnée, alors que les solutions alternatives existent, et ce, à un niveau local.
Oui,
Aujourd'hui, il est possible de construire différemment et moins cher, des habitations
performantes énergétiquement, donc ne nécessitant pas de chauffage ni de climatisation.
Voici notre modeste contribution pour construire un logement rapidement, écologique, durable,
consommant très peu d'énergie (ni chauffage, ni climatisation) avec des moyens et des techniques
locaux.

Approche Macro


1. La chaux de Thala1 au lieu du ciment :
Sur n'importe quelle zone du territoire tunisien, il est possible de construire à la chaux de Thala (monter
la maçonnerie, enduire, couler une chape, couler des fondations, couler un linteau, etc.), moins chère
que le ciment2 (prix environ -20%), plus écologique (énergie grise -50%) et plus durable (la NHL3 a un
excellent comportement thermique et hygrométrique). De plus, la construction avec la chaux permet de
renforcer une industrie locale (le CaCO3 est extrait de la carrière, puis cuit en fourneau, ensuite
micronisé pour être enfin conditionné en sac de 25kg ; respect de la pénibilité au travail) et de réduire
l'impact de la balance commerciale d'importation (la production du ciment nécessite l'importation du
Clinker4). L'utilisation de la chaux (100% locale) dans nos constructions nous permet donc de réduire
notre dépendance énergétique et d'améliorer la qualité de l'air intérieur au niveau des bâtiments (moins
de dégagement de formaldéhyde), tout en conservant la résistance mécanique des structures.

2. La voûte au lieu de la dalle :
30% des déperditions énergétiques5 se font par le couvrement (c'est-à-dire la partie qui clos le volume
par le haut). Aujourd'hui, la dalle est le couvrement le plus utilisé à travers le monde. Toutefois, c'est un
système constructif qui exige un coffrage (lourd en temps d'immobilisation et de matériaux) et des frais
en aciers et en ciment. La dalle nous maintient « esclaves » de deux marchés mondiaux : celui de la
sidérurgie et celui du ciment.
La voûte est une solution alternative. Elle ne nécessite aucun coffrage, pas de ferraillage, ni ciment. Elle
est exposée, alternativement, au soleil, vue sa géométrie variable. Ce qui fait que la déperdition
énergétique est réduite. De plus, la forme même de la voûte génère des différences de niveaux, donc
des différences de pression de l'air ambiant. Ce qui entraîne une facilitation de la remontée de l'air vers
le haut de la voûte, donc une ventilation naturelle. Cette question de ventilation naturelle peut être
renforcée par des dispositifs plus complexes comme le Malqaf (tour à vent). Un dispositif qui permet le
renouvellement de l'air continu et une extraction de l'air chaud et vicié. Selon les moyens, une VMC
(Ventilation Mécanique Contrôlée) peut y être installée pour augmenter la vitesse et le volume de
circulation de l'air. Les briques utilisées pour monter les voûtes peuvent être en briques cuites rouge
(énergivores) de 6T. Mais elles peuvent être également montées avec la brique locale de Tozeur ou
autres briques de béton cellulaire (à base de NHL). Enfin, le mortier de pose des briques sera le plâtre.
Un double rouleau est recommandé pour consolider la voûte, mais également, pour améliorer sa
performance thermique. Ce double rouleau peut être réalisé avec un tout venant in situ légèrement
stabilisé (Massouss) à la NHL.
1 - http://www.interchaux.com/index.php?option=com_content&view=article&id=5&Itemid=1&lang=fr
2 - http://www.leaders.com.tn/article/6018-non-a-la-fatalite-du-tout-ciment
3 - Natural Hydraulic Lime : en anglais, Chaux Hydraulique Naturelle.
4 - La récente augmentation du prix local du ciment a été due à un problème d'importation de Clinker.
5 - Voir à ce propos les études de l'ANME (Agence Nationale de Maîtrise de l'énergie)
.

3. La brique BTC (Bloc de Terre Comprimée) au lieu de la brique cuite 12T ou du béton armé :
La machine qui produit les briques BTC (unité tractable de BTC de la société SOIB :
http://www.soib.com.tn/index.php/produits) peut être louée ou achetée donc utilisée sur place avec la
terre locale. Par conséquent, il y a gain au niveau du transport (par rapport à une construction en
ciment qui nécessite plusieurs voyages d'acheminement du béton et du ciment). Il y a également une
diminution accrue de la pollution de l'air.
Un mur en briques BTC a un coefficient thermique entre 4 et 5 fois plus performant qu'un mur en
brique cuite 12T ou un mur en béton armé, ce qui permet d'économiser au niveau des factures STEG
pour le chauffage et la climatisation.
La construction des murs en BTC permet également de développer une niche économique locale et
une formation professionnelle ciblée selon les besoins des localités et les niveaux de savoir-faire
(architectes, ingénieurs, maçons, fabricants, applicateurs, etc.).

4. Le plâtre projeté au lieu de l'enduit ciment intérieur :
Il est également possible d'enduire au plâtre projeté et participer ainsi au développement d'une niche
technique et économique, sur tout le territoire, en formant des applicateurs de cet enduit dont les
propriétés thermiques, hygrométriques, ignifuges et esthétiques sont prouvées, certifiées et attestées.
Sachant que la Tunisie possède le 4ème plus grand gisement mondial de Gypse.
5. Récupération - Réutilisation - Recyclage :
La récupération et la réutilisation de l'eau pluviale par la création de citernes ( .(فسقیة
La réutilisation et le recyclage des déchets organiques ménagers et alimentaires (restaurants / hôtels)
par le compostage ; cela réduit le volume des déchets et de la pollution dans nos villes et crée une
possibilité de la transformation de ce compostage dans l'agriculture (engrais bio).

Dorra Ismaïl & Mehdi Dellagi - architectes
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.